Maison écologique

Maison écologique, mais comment et jusqu’où ?

Il est relativement simple de se procurer et de préparer une nourriture gouteuse, à la fois bio, équilibrée, saine, adaptée à son métabolisme individuel et à l’environnement. C’est la vie quotidienne.
Il est aussi souhaitable d’avoir un jardin potager.

C’est moins simple quand envisage son logement plutôt que son assiette.
il faut qu’il vous aille comme un gant, ergonomique et confortable, On sort du quotidien pour un projet qui s’étendra sur plusieurs années.
On veut qu’il corresponde à un mode de vie éco-responsable, dans sa conception, dans sa réalisation et dans son utilisation au jour le jour, et ce n’est plus si simple.

2010-St-Sernin+Grenouille-LaRaffinié
Grenouille du plateau bactérien
On dispose de quelques pistes.

Chacun chacune ne verra midi qu’à sa porte, c’est sûr, mais il faut regarder autour de soi les maisons construites en bois ou retapées récemment. S’assoir entre amis et en parler.
On va avoir une idée un jour, par exemple, l’importance d’une bonne répartition de la lumière naturelle. Une autre fois on parlera peintures et vernis.

Mon choix à donc été de construire un dôme en bois. Avec un peu de terrain, pas trop, je peux être jardinier, un peu, mais je ne suis pas paysan.
Coté terrain, le mien est sur un versant nord, rien n’est jamais parfait, dans le contexte un dôme est un plus. Et on va mettre des serres, des mini-bulles.

Igloos-wiki
La dimension énergétique

Les années 70 avaient été celles du « premier choc pétrolier », un évènement majeur.
L’esprit des DG était un prolongement sur l’habitat de la singularité des années 68.
Une dimension augmentée en quelque sorte : un habitat classique, c’est de la 2D et demie, avec les DG on passe à la 3D.
A volume égal, un DG sera plus cher et plus long à construire, pas forcément beaucoup, cela dépend en partie du niveau d’autoconstruction, ou du fait de faire ou non le choix d’un kit et d’éléments préfabriqués. Mais ce que j’ai considéré, c’est le coût d’usage qui intègre le chauffage et les autres frais d’énergie.
En combien d’années le surcoût de construction est il amorti ? une question à se poser. Dans mon cas de figure je ne peux que faire une évaluation, je dirais que la différence a été amortie au bout de 5 ans. Avant la rénovation on s’est chauffé (238 m3 tout de même) pour 400 € annuels et cette saison 2015 2016, avec un hiver assez clément jusqu’ici, on pense descendre peut être même à 250 € . Plus un peu d’électricité pour la VMC.
Une bonne luminosité de l’habitat est aussi facteur d’économies sur la lumière électrique, et d’abord, c’est bon pour le moral.
Il reste l’eau chaude pour laquelle je n’ai pas trouvé mieux qu’un ballon électrique. L’idée serait de préchauffer l’eau entrant dans le ballon.

Flinstone house cal

Une maison qui est sobre en énergies, qui vise un degré raisonnable d’autonomie.
C’est un objectif. Utiliser des matériaux sains, économes en énergies grises, ça compte aussi.
Sans parler du reste.

Une maison bien aérée et bien isolée

Il y a la question des normes et des labels : actuellement la RT 2012 a succédé à la RT 2005, et on entre dans un catalogue de mesures difficiles et complexes à envisager si on n’est pas un professionnel éclairé.
La meilleure stratégie me semble t il est de définir son projet avec bon sens et des priorités de sobriété clairement définies en fonction du possible. Et d’aller consulter des pros et des connaissances qui ont déjà eu à traiter ces questions pour avoir des avis pertinents. De répondre aux normes que l’ont peut.
Il est aussi possible de demander une aide. La rénovation que j’ai entrepris en 2014 nécessitait pour prétendre à une aide de l’ADEME (ANAH) pour le volet isolation de passer par un organisme intermédiaire, de remplir quelques pages de dossier, de faire travailler un artisan et de répondre à des coefficients  minimum pour l’isolation.
Dans mon cas, c’était impossible à atteindre car je ne voulais pas utiliser de polyuréthane, seul capable de répondre dans 12 cm d’isolant au R = 6. Je ne pouvais pas non plus augmenter l’épaisseur de la paroi du Dôme à cause de la position des profils de vitrages et d’ouvrants sur la coque. Je voulais un isolant plus écolo (laine de bois). Un dossier technique détaillé m’a permis d’obtenir un accord de dérogation. Les administrations peuvent ne pas être trop rigides quand le projet qui leur est soumis représente un progrès significatif vis à vis de l’existant.

Villa Vals ch webPas mal la maison enterrée, j’en ai vu quelques unes.

Il faut regarder de près l’étanchéité à l’air du logement et choisir une stratégie d’isolation, d’inertie thermique et de ventilation/renouvellement d’air intérieur. On adjoindra un puits canadien (si le terrain le permet).
Justement je viens de connecter un tel puits avec la VMC et coté thermique, ça fonctionne de façon satisfaisante. Du moins par temps froid. A noter aussi qu’elle fait baisser d’environ 10% le degré d’humidité et on le ressent agréablement.
Il faut penser au chauffage d’hiver mais aussi au confort thermique d’été.
Outre le puits canadien, je compte sur des voiles textiles qui laissent passer l’air et l’eau et retiennent les UV; placés judicieusement au dessus des vitrages sud, ils limiteront en saison l’apport solaire, bienvenu quand il fait frais, mais fort inconfortable l’été.

Tiny-crop_down-copy
Petite maison écologique et poétique
Et aussi

Pour l’électricité, disposer aujourd’hui de 3 KW est impossible en photovoltaïque autonome à moins de 7 000 €uros. Ensuite il faut voir au bout de combien d’années vous serez gagnants. Et encore faut il avoir du soleil toute l’année sur le terrain. Ce qui n’est pas mon cas, donc on garde EDF et on reste en veille sur les avancées technologiques, il y en aura forcément.
Le mot clé est la sobriété, genre negaWatt.org.
Peu d’appareils électroménagers, pas de veille, on éteint la box et autres TICs la nuit, les renouvellements d’appareils se font selon le critère d’économie d’énergie le plus élevé.

Sans oublier l’assainissement.

Plateau-bact_nettoy-2k12_047
J’ai installé au départ une fosse septique et un bac à graisse, les deux débouchant sur un « plateau bactérien« , terme utilisé dans les années 80 pour désigner une sorte de piscine (2,4m X 5m X 0,6m) comportant sur une bâche de bassin, un drain de pierres, un voile de non-tissé et un peu de terre avec des roseaux, des iris et d’autres plantes drainantes.
Il faut faire l’entretien tous les deux ou trois ans mais on n’a pas de problème particulier, on a même parfois des grenouilles !
Au départ, pour la sortie de fosse, le terrain ne permettait pas de faire le déploiement d’un drainage. Du coup on a mis en œuvre cette formule qui fonctionne sans mauvaises odeurs et la prochaine étape de ce chantier là est d’installer des toilettes sèches.

Principes de précaution

C’est aussi le respect d’un ensemble de précautions vis à vis de matériaux, produits divers possiblement nocifs à plus ou moins long terme pour les résidents.
Pour l’isolation refaite en 2014, on a choisi des panneaux de fibre de bois. Mais on n’a pas changé les panneaux intérieurs en triply, on part du principe que les solvants éventuellement toxiques se sont évaporés (30 ans) et on finira par trouver le temps de les peindre. Juste après la pose du parquet par nos artisans, il a fallu passer un produit vitrificateur et celui que l’on a choisi répond aux normes environnementales allemandes et semble bien tenir le choc.

La nocivité d’un élément du bâtiment peut être directe ou indirecte, par exemple par le développement de moisissures allergènes. On n’apprend que fort tardivement par exemple que les produits « retardateurs de feu » ne retardent rien du tout, mais qu’en plus ils sont toxiques.
Prudence donc avec ce qui n’est ni établi de longue date, ni simple à vérifier.Maison chausson nz_web

Les ondes et les radiations méritent aussi qu’on y regarde d’assez près.
On se passe de micro-ondes et de télé (pour la télé, c’est plus pour se protéger du matraquage idéologique et commercial indécent que pour son rayonnement physique).
On reste connecté à l’ADSL pour internet du soir au matin pour le téléphone et l’internet (mais la nuit on éteint la box) et on a désactivé la WiFi, les câbles marchent très bien et si un visiteur veut son WIFI on le lui allume ponctuellement. Il y a aussi les téléphones DECT, il est un peu plus délicat de s’en passer, on se contente d’éloigner le poste maître des endroits où on passe pas mal de temps et il est éteint aussi la nuit.
Et nos portables sont également éteints à la maison, il y a un fixe.
Tout ceci est de bon sens, préventif, mais y a t il un effet placebo ou mesurable sur le bien-être ? Je m’en fiche un peu et au passage on fait quelques économies.

2k8_Dome Intérieur-009

Écolo le dôme ? oui le plus possible, mais pas passif ni autonome et avec une petite dose de technologie à bord.
Et le gros point d’amélioration à considérer, ce sont les transports.

On peut consulter le site de Baubiologie et dérouler leur check-list pour se faire une idée de ce qui est nécessaire de considérer dans son propre projet. (en français). Il nous reste quelques progrès à faire.
Il y a aussi une recherche à l’heure actuelle pour une normalisation, une méthodologie générale… le standard LEED. (en anglais). Très complexe.
On en tiendra compte pour le prochain dôme.

< Précédente  __________   ^ Retour à Dôme Habité   ______________ Continuer >