Dôme autoconstruit

Un homme + un endroit + des matériaux = une maison

J’avais 30 ans à la fin des années 70,  j’ai eu besoin d’un abri, d’un ressourcement.
Je vivais parfois en ville et d’autres à la campagne, il me fallait un point d’ancrage.
En pleine nature, parmi les arbres et les oiseaux, les fraises des bois…
En lisière de forêt.

2k10 Nov Automn 178c recadré_web
Oser l’envisager

Une maison neuve, en bois, chaud au contact, chaleureux, vivant. Que je me sentais d’autoconstruire.
Un abri sphérique m’a paru plus naturel, plus protecteur, plus intemporel. J’ai recherché au présent comme une filiation de la forme habitée, de la préhistoire à la science fiction.
L’intérêt d’un dôme en termes d’insertion au site, d’économie d’énergies, de solidité et d’optimisation structurelle était déjà un fait établi. Je connaissais le principe.
Une habitation comme un style de vie avant même d’y être.Structure-10-webLa maison, cet espace harmonieux de lumière et d’ombres, nécessite un foyer et de l’eau. En osmose avec le site. Discrète.
En équilibre entre l’énergie de la terre et l’élément aérien, elle pousse comme un champignon.
Un tel tissage de rêves faisait de la structure géodésique l’âme du cahier des charges.
A moi de jouer pour l’ancrer quelque part et l’ériger.
Avec un budget de 20 000 € (enfin 14 000 Frs en 1980) et les deux ans de travaux que je m’étais donné.

Oser se lancer

J’ai lu, dessiné, calculé, écrit et construit la maquette, et dans la foulée, fabriqué la charpente en atelier.
Pour l’auto-conception, je n’ai pas les compétences d’un architecte, mais sur un type de projet bien documenté et en lisant l’anglais, je pouvais faire aussi bien. J’ai traduit l’article qui décrivait un DG proche de celui que je projetais.

On trouve aussi le Dôme Builder’s Handbook 2 (et un autre livre canadien avec ses diagrammes de Gantt); mieux encore, un copain passe et nous expose son projet d’un super Dôme conçu en 75.
Qui est il, l’a t-il construit ou non, mystère; j’ai juste retrouvé les plans dans mes archives. Si tu lis ces lignes, fais moi signe, je serais heureux de te revoir. Un prénom au coin de la mémoire, Stéphane ?

Et voilà le chantier !

Il y a un moment où on met de coté les feuilles de calcul (papier et plus tard électroniques) et les grandes idées. On se sent en forme physique suffisante, pas trop maladroit et entouré d’amis dont certains sont outillés et compétents. Et j’avais travaillé le bois deux années auparavant.
On met de côté Domebook 2 quand les plans détaillés et la maquette sont faits.
On se saisit de la truelle (ou du tractopelle), de la scie (ou du combiné) et de tout ce qui s’en suit avec de l’huile de coude. C’est juste ça, l’autoconstruction.

11-Volige-12Le chantier

Les dômes et autres habitats vernaculaires en autoconstruction étaient dans l’air des années 70, parcourez AutoConstruction-Années70 en français inspiré de Shelter; j’ai été surpris en le retrouvant sur le web, de ce mélange d’idées novatrices et de trucs et astuces. Un genre de système D à la sauce psychédélique, le style est d’une autre époque; il y a quelques rares erreurs ou omissions, et il y a eu du nouveau depuis, mais l’essentiel y est déjà, à peine un peu trop optimiste.

Assurer

Seul, à deux, à toute une bande, on avance différemment selon les moments.
On reprend le crayon pour dessiner et fabriquer avec un menuisier le profil d’une fenêtre ouvrante,
On vérifiera une dernière fois le bon de commande des doubles-vitrages.
Quelques moments forts restent vivaces en mémoire. L’hiver où il a fait si froid.
D’autres n’ont laissé que des traces évanescentes. L’espace-temps est courbe et élastique.

81-Vitres avant et après 5_2img-WebUn genre de bilan

Entreprendre et bâtir sa maison est une expérience unique.
Il en reste plus tard de vraies satisfactions et quelques erreurs qu’il faut bien assumer.
Et la conclusion que ce n’est ni simple, ni facile, mais bel et bien possible.

Sans formation aux métiers manuels au départ, j’ai effectué bien des travaux pour ce bâtiment plus ou moins facilement, plus ou moins adroitement. Parfois seul, et d’autres fois guidé ou aidé par des copains professionnels, mais toujours sur le coup au moins en tant qu’arpète.
Avec du recul, ce mode de fonctionnement n’est pas sans risque et demande tout de même pas mal de ressources, certains postes on été réussis très proprement, d’autres un peu moins.

Se trouver un abri sûr a été et est toujours un besoin de base, un droit de l’être humain aussi.
Il y a toute une conception de l’art qui revient à dire que la seule vraie œuvre qui vaille est de bâtir sa propre vie, j’ajouterai « et son environnement… »

Des amitiés sont nées avec ce projet, se sont enrichies, parfois de l’amour et bien des rencontres.14.TourduDome_IMG_8081

< Précédente  ______________   ^ Retour à Dôme Habité   _______________Continuer >