Habiter

Chacun souhaite un foyer, seul, à deux, à trois, en famille ou en groupe, on s’imagine une place à vivre. En faire une réalité est un achèvement et un point de départ.
On habite et on co-habite (on aménage, on se met en ménage) dans un biome, il nous héberge le long de la vie ou juste pour un temps.

L’habitat lui-même peut être éphémère ou durable, mais quelques critères de qualité vont guider la réalisation. Si j’auto-conçois et si j’auto-construis, d’autres dimensions interviennent, je m’éloigne de la cage à lapins et je tends vers l’artisanat pour aboutir à un logement qui me ressemble et me prolonge.
Je m’approprie mon toit.

1985-Photocop-chantiersIl faut choisir son lieu, il faut choisir sa forme, les formes rondes seront à tel  moment plus faciles à faire accepter à tel ou tel endroit, pour moi c’est ici en Sud-Aveyron, en milieu rural, que ça a été voulu, possible et réalisé.
Il y a une marge pour le futur, la vie évolue, la mienne, celle de mes proches, celle de la maison et l’environnement.
Je suis content d’être proche des éléments, de la nature, de la forêt et des paysages.
J’apprécie aussi les voisins, les gens de ma commune, les vallons autour. Mais attention à être trop bien chez soi, il faut un petit effort pour aller voir au dehors.

On est conscients qu’ils nous faut être sobres en énergie et en ressources.
On cherche à être autonome mais il y a une limite, autant du point de vue pratique que vis à vis du risque solipsiste.

^ Retour à Dôme Habité   ______________  Continuer >